Lundi 27 août 2012 1 27 /08 /Août /2012 10:29

 

     La France a créé un poste de « ministre du redressement productif », et a mis à sa tête un adepte de ce qu'il appelle la « démondialisation », si tant est que cela ait un sens, le terme de mondialisation n'étant lui même pas très bien défini. Cependant, le terme démondialisation semble impliquer du protectionnisme. Une idée qui revient toujours en période de crise économique.

 

     L'argumentation est généralement que les coûts à l'étranger sont inférieurs aux coûts en France en raison d'une protection sociale moindre. Le protectionnisme pourrait forcer les étranger à adopter le mode de protection social français.

 

     Une première question se pose : jusqu'à quelle point ce type d'argumentation est-il sincère? Nos économistes et nos politiciens ont une vision qui peut être qualifiée d'ultra-comptable, ou d'ultra-mécanique, de l'économie. Ils considèrent l'économie comme un système de vases communicants. Ainsi, la réduction du temps de travail doit forcément diminuer le chômage. De même, la fermeture des frontières doit forcément augmenter la production industrielle en France.

 

     Mais l'économie est humaine, pas mécanique ou comptable. D'abord, en matière de protection sociale, le mode de protection sociale est un choix de chaque pays. Ainsi, en Grande Bretagne, la santé est nationalisée, et coûte cependant moins chère qu'en France. De même, l'Allemagne a diminué sa dépense publique depuis une dizaine d'années, ce qui représentent moins de prélèvements sur l'économie. La protection sociale est un choix de gestion. Ce n'est pas par rapport à des pays émergent sque la France est handicapée dans ce domaine, mais par rapport aux autres pays développés. Ce qui relativise la concurrence des pays à salaires moindres.

 

     L'aspect mécanique de la fermeture des frontières, qui entraînerait une augmentation de la production en France est lui aussi à relativiser. D'abord, la France est un petit pays. L'industrie française, pour survivre, pour faire des économies d'échelle, doit exporter. Donc, si les frontières sont fermées, elle ne pourra plus exporter, car les autres pays feront de même en représailles. Donc, les prix de l'industrie française augmenteront. Les prix augmentant, soit les français devront se priver, et donc diminuer leur consommation ailleurs, pour acheter ces produits. Soit, ils achèteront moins de produits industriels. Dans les deux cas, cela signifie baisse de la consommation, récession, chômage.

 

     Enfin, le protectionnisme entraînerait une diminution de l'activité de services en France. La France accueille ainsi énormément de touristes, elle est aussi une place de congrès et d'expositions professionnels. Ce qui entraîne de multiples dépenses, pas forcément comptabilisées en exportation. C'est tout ce flux que le protectionnisme tarirait.

 

     Le protectionnisme entraîne aussi une augmentation des produits nécessaires au processus industriel achetés à l'étranger. Par exemple, le tsunami dont a été victime le Japon en 2011 a interrompu la livraison de certains composants électroniques à l'industrie automobile en France. Ce qui a ralenti la production. Une augmentation du prix de ces composants importés augmenteraient le prix des véhicules fabriqués en France. Et fabriquer ces composants en France ne serait pas forcément possible, pour des raisons de brevets, de technologie, ou tout simplement de coût. En effet, les produire à grande échelle dans un pays permet de diminuer les coûts, tandis que les produire uniquement en France pourrait revenir trop onéreux.

 

     Le protectionnisme  produirait donc une grande perturbation dans le tissu économique, l'obligeant à des restructurations douloureuses, et conduirait à une probable diminution du niveau de vie.

 

     Une proposition est de pratiquer le protectionnisme au niveau européen. Ce qui donnerait accès à un marché important à nos industries. Néanmoins, l'exemple donné plus haut de composants qui deviendraient trop onéreux pour notre industrie reste valable. De nombreux composants proviennent de l'extérieur de l'Europe. Et pas seulement pour des raisons de coûts. Ainsi, l'industrie de Taïwan investit en Chine continentale, en raison des coûts, mais aussi de proximité géographique et culturelle. En Chine se sont créées des usines vastes et modernes.

 

    D'autre part, un protectionnisme européen ne favoriserait aucunement la France, qui est en déficit même avec ses partenaires européens, qui ont les mêmes exigences sociales qu'elle.

 

     Enfin, les autres pays européens, plus compétitifs que la France, n'ont pas intérêt à un protectionnisme européen. Et par ricochet, la France non plus. En effet, l'Allemagne doit beaucoup à ses exportations dans les pays émergents. Ce sont ces exportations qui font la force de son industrie automobile par exemple. Ou de sontindustrie de machine-outils. De même les ports néerlandais vivent du commerce international.

 

     Or, l'Allemagne est le premier partenaire économique de la France. Une baisse d'activité dans ce pays signifie une baisse d'activité en France. Plus encore, une diminution des exportations allemandes hors d'Europe pourrait entraîner une réorientation de ces exportations vers la France, augmentant encore les exportations allemandes en France, et diminuant la part de marché de l'industrie française.

 

     Enfin, une autre proposition est de prendre des mesures de rétorsions envers des pays qui ne respecteraient pas les règles du commerce mondial, en n'ouvrant pas suffisamment leur marché intérieur aux produits européens. Ce que permet le règlement de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Le gouvernement a cité la Corée, pour le marché automobile. Il aurait pu citer le Japon, réputé pour instaurer des règles techniques, des normes spécifiques, qui renchérissent le coût des véhicules importés.

 

     Cependant, cette stratégie doit être menée avec circonspection. Par exemple, les allemands parviennent parfaitement à vendre des voitures au Japon. Ils exportent même en Chine, des véhicules pourtant surtaxés (une partie est produite sur place, mais il y a toujours des importations). Soyons lucides, les coréens, comme les habitants de tous les pays possédant une industrie automobile, vont acheter des produits nationaux. Ce qui pourra les en détourner, ce sont des véhicules bien moins chers. Comme les français achètent des coréennes pour leur rapport qualité prix. Ou des véhicule plus prestigieux, comme les marques allemandes. La France n'est présente dans aucune de ces deux gammes. PSA commençant à peine à développer une gamme premium, avec les Citroën DS.

 

     Par contre, la France a d'autres produits à exporter. Ses produits de luxe, fabriqués en France. Les marchés émergents sont une opportunité formidable pour les parfums, l'art de vivre, les cosmétique de luxe, la maroquinerie. La France est aussi une destination touristique de rêve pour ces touristes.

 

     Les esprits chagrins répliqueront que ce ne sont pas des secteurs nobles, qu'il faut développer l'industrie. C'est un très mauvais calcul. L'exportation, dans le luxe comme ailleurs, suppose une industrie logistique, des services informatiques pour la gestion, et toujours la logistique. Le tourisme suppose aujourd'hui un développement sur internet. Il peut aussi servir à développer une industrie agro-alimentaire haut de gamme, avec toutes les spécialités françaises. Il peut également être une formidable vitrine pour les produits français.

 

     Par exemple, dans l'automobile, Citroën a présenté son concept car DS Numéro Neuf en le photographiant dans des endroits prestigieux de paris, comme la place de la Concorde. L'objectif étant d'associer l'image du luxe à la française, prisée en Chine, à la marque DS.

 

     Ajoutons enfin que le développement des pays émergents provoque également des investissements de leur part dans les pays développés. L'indien Tata Steel a ainsi prévu d'investir dans un nouveau procédé de fabrication en 2013 dans son usine de Hayange, en Lorraine. A une autre époque, les constructeurs automobiles japonais faisaient figure d'épouvantail. Depuis, Toyota exporte aux USA depuis la France, et va faire fabriquer ses utilitaires pour l'Europe par PSA, grand pourfendeur de l'automobile japonaise quand Jacques Calvet en était le président.

 

     L'économie est ainsi un tout, un ensemble complexe. Intervenir dans un secteur peut avoir de multiples effets indésirables, et aboutir à l'effet contraire de celui désiré. Comme l'écrivait Frédéric Bastiat, « il y a ce qu'on voit, et ce qu'on ne voit pas ». D'un côté, un affichage politique, une mesure bien visible, bien diffusée. De l'autre, des conséquences néfastes, qui annulent les effets de la mesure, sans que personne d'ailleurs n'attribue ces conséquence à la mesure en question.

 

     Pour conclure, il est courant de faire un parallèle entre la crise d'aujourd'hui, et celle des années trente. Alors, rappelons ce qui a été fait dans les années trente, et les leçons qui en ont été tirées par la suite. Le protectionnisme a été mis en pratique dès le début de la crise, en particulier par le président Hoover, aux USA. Les autres pays ont répliqué par d'autres politiques protectionnistes. Ce qui a aggravé la crise. Certains considérant même que le protectionnisme a mené à la guerre. C'est pourquoi une des premières mesures prises après guerre a été le General Agreement On Tariffs and Trade: les accords du GATT. L'objectif étant de ne pas répéter les erreurs des années trente, en luttant contre le protectionnisme.

 

Voici une courte vidéo qui explique le rôle du protectionnisme dans la crise des années trente :

 

 


 

 

 

Par Vladimir Vodarevski - Publié dans : Crise et Relance
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Le Cercle des Elus

Couverture Le Cercle

 

Quand une mystérieuse légende réapparait. Qu'est-ce que le Cercle? Quels sont ses buts? La seule chose que l'on sache avec certitude, c'est que le Cercle a existé, qu'il est toujours réapparu au cours des siècles. Et, aujourd'hui, le signe du Cercle revient.

Comprendre la crise.

La crise avec des mots simples.

La crise couverture

Pour tout comprendre de la crise financière, et des concepts, des théories qui ont été évoqués à son sujet. Comprendre la crise du subprime, comprendre le fonctionnement des banques, ce qu'est le crédit bancaire. Et aussi comprendre les notions d'inflation, et de déflation. Et, enfin, avoir un petit historique des évolution financières qui sont à l'origine de la crise, aux USA.  Découvrez le livre: La crise avec des mots simples

Découvrir le libéralisme

 

 

 

 

 

La TV de L'Institut Coppet

  Le libéralisme en vidéo

 

 

» readonly= »readonly » />

Contrepoint, le magazine libéral.

 

logo-copie-1

L'Institut Coppet, pour découvrir l'école française d'économie, avec notamment Jean-Baptiste Say, Bastiat, et bien d'autres. Des textes et des livres téléchargeables gratuitement.

Rechercher

Bastiat 2012

 

Recommander

Syndication

  • Flux RSS des articles

Présentation

Profil

  • Vladimir Vodarevski
  • Economiste de formation, je suis attentivement l'actualité économique et sociale. Je livre sur ce blog mes analyses, et mes opinions. Bonne lecture.
  • Politique Société Actualités Economie sciences humaines

Actualités

Découvrez l'eco-hebdo en cliquant ici

 

Cliquer sur les liens pour accéder aux articles

 

-L'Eco-Hebdo du 9 mars 2011. Avec un article sur le streaming gratuit, qui permet de recruter des clients payants pour la musique en ligne. Un article prônant de bons salaires plutôt que de bas salaires, d'Alain Madein. Une initiative pour réapprendre l'écriture aux collégiens des banlieue. Et un  article sur les affaires à Marseille.

 

- Commerce extérieur français en 2010.

 

- La filère éolienne émet-elle plus de CO2 que la filière nucléaire?

 

- Géographie économique: aires urbaines et métropolitaines en France, INSEE Premières janvier 2011.

 

- Un article de L'Expansion sur l'huile de Palme, tant décriée au nom de l'écologie, peut-être injustement.

 

-L'actualités scientifique d'octobre 2010: les frères Bogdanov, à la recherche des origines de l'univers, et les sources hydrothermales de l'Atlantique.

 

-Indice des prix à la consommation, indice des prix dans les grandes surfaces, et indice des loyers en septembre 2010.

 

 

-Quelles études pour trouver un emploi? Quel que soit le niveau, CAP, BEP, DUT, BTS, Licence, Master, il y a des matières qui conduisent à l'emploi et d'autres non. L'INSEE a publié une étude concise et claire dans l'INSEE Première d'octobre 2010.

 

Faut-il développer l'énergie éolienne? Un article, argumenté, plus critique que ce qu'on lit d'habitude.

 

Le commerce extérieur US en juillet 2010

 

 

Emploi des séniors et gains de productivité chez BMW

 

 

La rentrée littéraire chez Rivière Blanche, éditeur indépendant de SF, dans la lignée de la mythique Fleuve Noir Anticipation. 

 

Les indicateurs et les enquêtes de conjoncture de la Banque de France de ce début septembre 2010.

 

Découverte d'un nouveau soleil, la monnaie chez les gaulois, l'étude du climat en Chine. Un peu d'actualité scientifique en ce début septembre 2010. 

 

Réchauffement climatique: le Giec invité à se réformer.

 

Les statistiques de la Banque de France, pour la France et la zone euro en juillet 2010.

 

 

Surpeuplement et vacance des logements en France en 2009

 

Les Editions Alphée: actualités août 2010.

 

Taux d'endettement des ménages et des entreprises au premier trimestre 2010.

 

Les salariés en Allemagne

 

2 français lauréats de la médaille Fields 2010 en mathématiques. 

 

Le premier ministre chinois Wen Jiabao

 

Les bonnes performances du marché du travail allemand sont-elles durables?

 

La croissance au 2ème trimestre dans les pays de l'OCDE

 

Début de démocratie en Chine?

 

PIB de la zone euro en hausse d'1% au T2 2010

 

Commerce extérieur de l'UE en juin 2010

 

Emploi, croissance, prix à la consommation 

 

 

 

 

Le commerce extérieur français et US en juin 2010.

 

 

La conjoncture en juillet 2010 et au deuxième trimestre 2010

 

Les titres du 8 août 2010

 

Le crédit en France en juin 2010.

 

Les bons résultats du secteur de l'automobile au premier semestre 2010.

 

OverBlog

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés