Analyse Libérale

Les méthodes de vente des banques

11 Avril 2010 , Rédigé par Vladimir Vodarevski Publié dans #Divers

 

      Le magazine L'Expansion d'avril 2010 a publié un intéressant article sur les méthodes de vente des banques. Par exemple, donner dix jours à quatre salariés pour placer 650 000 euros de produits boursiers. Une grosse pression. Je vous invite à lire l'article pour voir où cela mène (cliquer ici).

 

      Au delà du problème de gestion des ressources humaines, cet article vient rappeler que les banques n'ont pas forcément le rôle qui est attendu d'elles. Elles aiment à faire croire qu'elles ont un rôle de conseiller. Mais elles sont distributrices de produits, comme un supermarché. Elles sont même conceptrices des produits vendus. Leur but n'est pas de conseiller le client. Mais de vendre les produits en rayons.

 

      Cela s'ajoute au problème de la Muraille de Chine. Les banques sont en effet souvent conseillère à la fois des entreprises qui veulent émettre des titres, des obligations par exemple, et des investisseurs qui les achètent.

 

      Dans un monde idéal, il ne devrait plus y avoir de banques en contact direct avec les gens. Il devrait y avoir des conseillers indépendants, qui conseilleraient les produits dont les gens auraient vraiment besoin.

 

      Les banques auraient beau jeu de déclarer que cela alourdirait le coût pour le consommateur, puisqu'il faudrait payer en plus les conseillers.

 

      Soulignons aussi que la plupart des grandes banques françaises sont des sociétés mutuelles, ou coopératives. Ce ne sont donc pas les actionnaires qui seraient à l'origine de la dérive. La Poste avait elle-même été épinglée au sujet d'un placement il y a quelques années.

 

      Le monde est bien compliqué. Il n'est pas possible de faire confiance à un conseiller. Pour tout achat, il faut se renseigner, multiplier les démarches. Encore, les personnes aisées peuvent se payer des conseillers, ou ne pas regarder au prix. Mais les autres?


 

      On ne peut qu'espérer un contrôle accru sur les banques, et une meilleure protection des consommateurs.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lillydeparis 17/04/2010 14:16


Bercy a rendu un rapport (un de plus)et promet une vrai réforme des tarifs bancaires. Selon le rapport la France est un des pays europeens où les frais bancaires sont les plus élevés ( il fallait
bien un rapport pour arriver à un tel constat !MDR).On ne parle pas des abus face aux clients les plus faibles ( la poule aux oeufs d'or pour les banques!)
Les banques ont de toute façon toujours fait de belles déclarations mais elles n'ont jamais été suivies puisque les tarifs restent élevés et opaques et le gouvernement ferme les yeux devant la
mauvaise volonté des banques.
Bercy s'achète un bonne conscience avec des rapports dénonçant les pratiques des banques mais personne ne prendra des sanctions ni même des mesures législatives fermes à l'ncontre des banques.Ces
dernières brandiront la menace de ne plus accorder de crédit aux entreprises, aux particuliers...Elles ne manqueront pas de rappeler aussi qu'elle payent de l'impôt sur les sociétés et autres
taxes.
AUtant arrêter de financer des rapports/audits sur les banques , qui finiront au fond d'un tiroir du Ministère.
Ps : un léger différend avec une banque au logo vert me rend un peu nerveuse...


Vladimir Vodarevski 17/04/2010 15:39



Du temps de mes étaudes, j'ai assisté à l'intervention d'un cadre dirigeant d'une société de crédit. Une société qui commercialisait une carte de crédit. Je n'entrerait pas plus dans les détails.
Cette personne, très franchement, nous a dit que le bénéfice se faisait sur les mauvais payeurs, qui payaient donc plus d'intérêts.



Lucie Chenu 12/04/2010 20:09


L'article de l'Expansion est effrayant ! Merci pour tes articles, Vlad ! Il y en a que j'ai du mal à suivre, mais d'autres qui me font comprendre plein de rouages et mécanismes de notre société...


Flamant rose 12/04/2010 11:51


Lorsque mon fils est sorti de l'école de commerce de Marseille il a refusé tous les postes proposés par les banques. La principale raison est qu'il ne se voyait pas aller démarcher les personnes
agées ou des personnes à revenus modestes pour leur placer des produits financiers dont ils n'auraient pas l'utilité et ce,sous la pression de la hiérarchie.Il a une certaine moralité ce qui
d'après lui est incompatible avec le travail dans une banque.Pourtant des propositions il en a eu.


emile 12/04/2010 09:42


Très juste je partage complétement et je mets un lien de mon blog vers cet article, pour compléter.
Bravo


Infreequentable 12/04/2010 08:51


Ca me fait effectivement marrer : Ils se sont mis à trois, l'autre fois chez ma mère, et en jouant sur l'affect, rien que pour lui faire fermer le compte que je lui avais fait ouvrir chez un
concurrent au pied de chez elle...
Et rien que ça, puisqu'on se revoit dans deux ans pour "arbirtrer" entre ses divers supports le peu d'argent qu'elle a encore !
D'ici là, je lui aurais fait ouvrir un autre compte chez un autre concurrent...