Analyse Libérale

Le Chili entre à l'OCDE

2 Février 2010 , Rédigé par Vladimir Vodarevski Publié dans #Divers

 

      Le 11 janvier 2010, l'OCDE a annoncé l'arrivée en son sein du Chili, premier pays d'Amérique latine à intégrer l'Organisation de Coopération et de Développement économique. L'adhésion sera effective après différentes formalité. A cette occasion, une étude économique sur ce pays a été édité par l'OCDE. (Cliquer ici pour un résumé en français).


      Cette étude est intéressante car, finalement, nous connaissons assez mal les pays d'Amérique Latine. Du Chili nous connaissons la Cordillère des Andes, les richesses en cuivre, vinicole et halieutique. C'est un pays réputé bien géré, et dont le PIB par habitant est le plus élevé d'Amérique Latine, après le Mexique, mais très proche de ce dernier (9400$ contre 9980$ en 2008).


      La question qui peut se poser, c'est pourquoi ce pays ne s'est pas déjà hissé au niveau des pays développés, comme la Corée du Sud, ou Taïwan par exemple. C'est un pays qui dépend encore largement de ses ressources naturelles, certes apparemment bien gérées.


      L'étude de l'OCDE apporte des réponses. L'OCDE souligne la bonne gestion financière du pays: un système de change flexible, un système fiscal solide, une inflation contenue. Mais elle pointe aussi les faiblesses, qui freinent le développement. Ces faiblesses peuvent être classée en deux groupes: économiques et sociales.


      Sur le plan économique, l'étude montre que l'entrepreneuriat n'a pas encore un cadre aussi favorable au Chili que dans un pays comme la France. L'OCDE considère que les amendes contre les cartel sont insuffisantes. C'est une manière diplomatique de dénoncer des situations de monopole ou d'oligopole. Des ententes entre grandes entreprises qui faussent la concurrence, et empêche l'émergence d'un nouveau concurrent, plus dynamique.


      Les formalités de création d'entreprise sont trop lourdes, selon l'OCDE. Particulièrement dans certains secteurs dans le commerce de détails où les services. Il n'y a que le résumé de l'étude qui soit disponible en ligne gratuitement, et en anglais. Ce résumé parle d'immatriculation spécifique dans le commerce de détail, et de droits professionnels exclusifs. Ce qui laisse en tendre que les barrières à l'entrée dans certains secteurs sont fortes, limitant la création d'entreprises, et créant par là des rentes de situation profitant à une catégorie de la population.


      La réglementation sur les liquidations d'entreprises est également critiquée. La procédure est trop longue. Et, durant celle-ci, les banques ne sont pas incitées à prêter aux entreprises, ce qui pénalise les projets risqués.


      Enfin, les entreprises n'investissent pas assez dans la recherche, et le gouvernement chilien cherche à modifier cette situation.


      Il y a donc au Chili, d'après cette étude de l'OCDE, deux types principaux d'obstacle. Ce sont des obstacles administratifs, qui découragent la prise d'initiative. On constate aussi surtout qu'il y a encore beaucoup de secteurs protégés, et même des cartels. Ce qui a sans doute un lien avec le manque d'investissement dans la recherche. A quoi bon innover, si la concurrence n'agit pas en stimulant, et s'il est difficile d'entrer dans des secteurs protégés.
 

      Les faiblesses de l'économie chilienne proviennent aussi de la politique sociale. L'OCDE cite par exemple le système d'assurance chômage. Il incite les entreprises à recruter des salariés en contrat à durée déterminé, tout en accordant de meilleurs allocations, et de loin, à ceux qui bénéficient d'un contrat à durée indéterminé. Ce qui encourage l'emploi précaire.

 

      Surtout, le niveau éducatif du Chili est faible comparé aux standards de l'OCDE. Et il existe une très grande inégalité dans l'éducation. Le niveau éducatif dépend quasi exclusivement du niveau social du foyer.


      Ajoutons à cela de grandes inégalités, telle que mesurée par le coefficient de GINI (une mesure standard de l'inégalité). Ce la même si la pauvreté a reculé.


      Ces facteurs économiques et sociaux se recoupent. Des cartels, des secteurs protégés, une grande inégalité dans l'éducation et les revenus. Le tableau est celui d'une société à deux vitesses, avec une partie de la population pauvre avec peu d'espoir de progresser, et une autre plutôt protégée. Avec un système économique qui n'incite pas suffisamment à l'entrepreneuriat, à la prise de risque. Ce qui de facto limite la croissance du pays, l'ascension sociale ainsi qu'une résorption des inégalités.


      Il ne faut pas oublier, en effet, que si les pays développé ont vu la classe moyenne devenir majoritaire, c'est avant tout parce que le développement économique a créé des emplois, correctement rémunérés, en trop grand nombre pour être exclusivement occupé par la classe dominante, c'est-à-dire la plus aisée. A contrario, le ralentissement économique que nous connaissons en France depuis plusieurs décennies va de pair avec une "panne" de l'ascenseur social.


      Il ne faut cependant pas excessivement noircir le tableau du Chili. La situation au Chili n'est pas pire que dans la plupart des pays d'Amérique Latine. Elle est meilleure qu'au Venezuela par exemple. Les problèmes du Chili sont ceux des pays d'Amérique Latine. Ainsi, l'inégalité, mesurée par le coefficient de GINI, est aussi forte au Brésil, et L'étude de l'OCDE souligne que des progrès ont été réalisés. L'adhésion à l'OCDE est une démarche intéressante, car le pays va être poussé à s'améliorer. Il sera constamment comparé aux autres pays de l'organisation. (le coefficient de GINI a selon moi des défauts, car il faut vraiment connaître tous les revenus pour mesurer efficacement l'inégalité, et certains avantages sont occultes, mais c'est une mesure standard, et permet donc de comparer les pays. Et il n'existe pas d'indicateur synthétique parfait)


      J'avais lu il y a quelques années un article qui montrait des chiliens cherchant à comprendre la réussite des pays d'Asie du Sud-Est, que l'on surnomme les tigres d'Asie. S'exprimait alors une volonté de faire évoluer l'économie, qui est bien gérée mais repose surtout sur les ressources naturelles.


      Cette étude sur le Chili donne donc un éclairage sur les handicaps d'un pays en développement. Ceux-ci sont internes et structurels. L'étude montre, en filigrane, un problème de contrôle de l'économie par des cartels, et peut-être aussi un genre de corporations (cf les obstacles à l'installation dans le commerce et certains services). Le développement économique a besoin de liberté, sinon ce sont les situations acquises qui sont protégées. Et ces situations ne sont pas des "acquis sociaux", comme le montre les inégalités, en terme de revenus et d'éducation du Chili.


      La volonté du Chili d'adhérer à l'OCDE est une volonté d'atteindre les standards de l'organisation, en termes économiques et sociaux. Ce qui implique une volonté de faire des réformes. C'est une démarche qu'il sera d'un grand intérêt de suivre, pour en tirer des enseignements pour d'autres pays en développement.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

mamalilou 11/02/2010 21:22


oui c'est bien là le problème...
en plus s'ils maintiennent la pub sur la barre, tu vas te trouver avec des trucs qui n'ont rien à voir avec ton sujet!!!
et des liens pareils qui sont faits je sais pas si tu as vu sur des critères étranges
je ne suis pas sûre que te concernant par exemple, au vu des spécificités qui sont tiennes, et un minimum de sérieux tout de même, si je peux me permettre, je ne suis pas sûre que ces liens un peu
légers soient avantageux...
sans parler du tunnel facebook
comme il s'agit de droit américain et que chez eux tout ce qui y est publié (et donc picoré en tunnel facilité avec ce "f" désormais en haut), tout ça leur appartient
t'imagines?
donc soit on se bat, soit on passe en premium pour recouvrer nos droits, c'est odieux
parce qu'en France par contre c'est interdit...
comme je l'ai mis en article toutal d'ailleurs..
soupir...

belle soirée à toi


mamalilou 11/02/2010 02:01


wow, la pub arrive sur ton blog...
elle est pas discrète
dis-moi, j'imagine que la barre en haut, en l'état, elle t'arrange pour les visiteurs non?
ce serait bien que tu t'exprimes en forum
si tu veux la garder, optionner certaines choses par exemple..
dès que tu auras un meilleur BR et que tu seras dans le top tu y trouveras de la pub, des liens vers d'autres blogs que tu ne peux choisir...
que penses-tu du design, de son positionnement par exemple...?
voilà, si tu veux bien...

belle nuit à toi
un peu tard pour la lecture, mais je repasse promis
quand je ne fais pas de comm, c'est souvent que je fouille un peu pour étayer parce que je patauge... lol ou parce que j'ai pas mieux...héhé
à tout bientôt


Vladimir Vodarevski 11/02/2010 07:22


Je vais supprimer toute pub. On verras bien. Quant à la barre, elle est envahissante. Mais il faut payer pour la supprimer.


Michel MARTIN 10/02/2010 20:30


Dis donc, Vladimir, c'est quoi cette pub qui masque la moitié de la fenêtre commentaires et qu'oàn ne peut pas supprimer?


Vladimir Vodarevski 10/02/2010 20:40


Je ne l'ai pas eu quand j'ai fait un essai. Tiens moi au courant si ça le refait. Cela m'amuse d'avoir de la pub, ça fait presque professionnel. Mais si c'est trop evahissant, j'arrête. Je trouve
aussi que la nouvelle barre over-blog est envahissante d'ailleurs. Mais je ne peux pas la supprimer.


10/02/2010 12:18


C'est quasiment traditionnel sur ce continent-là.
Et ailleurs aussi, que crois-tu...

Passons, seule la vertu génère la Liberté.


Michel MARTIN 09/02/2010 19:58


i2, tu veux dire que pour le Chili, c'est ou bien l'OCDE ou bien la CIA?


09/02/2010 09:02


Oui c'est vrai, Michel : Laissons faire la CIA et qu'elle y remette un dictateur bien saignant...


Michel MARTIN 08/02/2010 13:43


Pas certain que ce soit le bon moment pour entrer dans l'OCDE. C'est un organisme qui poussait à l'AMI qui est un faux-nez à l'avantage des multinationales pourtant déjà puissantes. Il me semble
qu'aujourd'hui il faut faire attention à ne pas fragiliser les états, on a besoin de stabilité, et je ne crois pas que son entrée dans l'OCDE va aider le Chili à plus de souveraineté.


Vladimir Vodarevski 09/02/2010 19:22


La coopération internationale est une bonne chose. Même s'il y a toujours des débats. Ce que j'espère, c'est que l'adhésion du Chili à l'OCDE rapprochera ce pays des standards occidentaux en termes
sociaux.
Ceci dit, le Chili est proche des USA, et pltôt dans leur orbite. Ce qui ne l'empêche pas de bien maîtriser l'exploitation de ses richesses naturelles.


03/02/2010 09:43


Un pays dont la situation est comparable à la France de la seconde république et du second empire...
En plus moderne puisque la révolution indsutrielle est derrière tout le monde.