Analyse Libérale

La politique des républicains aux USA

23 Février 2013 , Rédigé par Vladimir Vodarevski Publié dans #A contrepied

 

     Quiconque cherche à s'informer sur les USA à travers les médias français, ceux dit sérieux, apprendra que les républicains ont « clivé » le spectre politique US. Ils se sont radicalisés, et bloquent ainsi tout le pays.

 

     Qu'est-il reproché aux républicains ? De vouloir moins d'Etat, et par conséquent, de réduire les dépenses publiques. Les démocrates sont contre. Ils veulent augmenter les dépenses publiques et les impôts. Il y a donc un hiatus. Les répu blcains et les démocrates ont des positions opposées. Mais qui est le plus radical ? Le système législatif des USA oblige à des compromis. C'est le Congrès qui a le pouvoir. Reagan et Clinton, qui gouvernaient avec des Congrès dont la majorité leur était opposée, parvenaient à des compromis. Mais Obama n'y parvient pas. La faute aux républcains, selon la presse bien prnsante. Pourtant, les républicains ont accepté dernièrement des augmentations d'impôts. Tandis que les démocrates n'ont fait que de vages promesses de réductions de dépenses. Alors, qui est radical ? Les républcains, qui acceptent les compromis, ou les démocrates, et Obama, qui les refusent ?

 

     La vérité est qu'il y a un clivage. D'un côté les démocrates, qui veulent continuer la politique interventionniste, la politique de dépenses publiques, et de l'autre les républicains, qui considèrent que l'Etat a détraqué l'économie par son interventionnisme. Qui est responsable du clivage ? Personne. Il y a divergence.

 

     Le système US oblige à un certain consensus. Ce qui semble bloqué aujourd'hui. Qui est responsable du blocage ? On ne peut que constater que les républicains aont accepté des augmentations d'impôts. Mais les démocrates n'ont pas proposé de réductions de dépenses. Qui sont les extrémistes donc ?

 

    Les médias imposent l'idée de républicains radicaux, qui empêchent tout compromis. La vérité est qu'il y a une divergence d'opinion. Les républicains ont accepté des compromis. Pas les démocrates. Ce sont donc plutôt les démocrates qui sont extrémistes. Mais ce ne sera pas dit par les médias.

 

  Cela est un nouvel exemple du parti pris des médias. Il y a un manque de puralisme en France. Des gens qui cherchent à s'informer en faisant confiance aux médias officiels ont une information tronquée. Les républicains sont présentaés comme « clivant » car ils vont à l'encontre de l'opinion dominante des médias. Pourtant, ce ne sont pas eux qui bloquent les USA.

 

    Aujourd'hui, l'internet permet de se rendre compte de la partialité des médias, ou de laur « moutonisme » : ils se contentent de répéter l'opinion des politiciens. Mais seule une minorité fouille la toile. Les gens n'en n'ont pas forcément le temps. Une opinion se forge ainsi, sur des interprétations partiales.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Michel Martin 23/02/2013 21:08


Waouh, quel texte! La pure caricature d'une opposition entre libéraux républicains et démocrates interventionistes. Vraiment pas la peine de te targuer d'une culture libérale hayékienne pour
pondre ce texte ras du sol.


Le principal objet de la politique n'est pas de faire à la place (point que je partage volontiers avec la pensée libérale), mais de générer des règles du jeu (des institutions) inclusives (c'est
à dire permettant à chacun de trouver une place).