Analyse Libérale

L'économie, qu'est-ce que c'est ?

11 Mai 2013 , Rédigé par Vladimir Vodarevski Publié dans #Revue du web

 

Tout le monde parle d'économie. Tous les éditorialistes assènent leur vérité. Le citoyen lambda entend tout et son contraire, et, s'il cherche à se faire une opinion en dehors de toute idéologie, il est bien désorienté.

 

Pourquoi autant de divergences dans cette matière ? En fait, la méthode, et l'objet même de l'étude, sont sujets à débats. Et même en suivant une méthodologie identique, les économistes peuvent arriver à des conclusions opposées.

 

Cet article se propose de montrer sur quelles bases se sont construites les théories économiques. Ceci afin de mieux comprendre pourquoi il y a tant de débats. Et, aussi, de s'interroger : l'économie mérite-t-elle le qualificatif de science ?

 

L'approche choisie est historique. Voir comment se sont construites les théories est le meilleur moyen de comprendre leur fonctionnement. C'est ce qui finalement permettra de répondre à la question : qu'est-ce que l'économie ?

 

Adam Smith est considéré comme le père, ou au moins le précurseur, de la science économique. Même si cette question, comme toujours en économie, est discutée, notamment par Jesus Huerta De Soto, nous suivrons ici l'opinion dominante, par souci de simplification. Adam Smith est l'auteur de l'ouvrage intitulé Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, publié en 1776, qui est donc largement considéré comme fondateur de la science économique. Adam Smith constate qu'une nation est plus prospère quand elle laisse ses citoyens suivre leurs propres intérêts. Et qu'il n'est nul besoin d'interventionnisme de la part de l'Etat (la fameuse "Main invisible", qui n'est en fait pas beaucoup citée par Smith selon Corentin de Salle). Recherchant la source de la valeur, Smith conclut que c'est le travail incorporé au produit. Ce qui est une évolution par rapport aux physiocrates français, qui considéraient que seule l'agriculture produisait. Mais ce concept de la valeur travail restait insatisfaisant, car il n'expliquait pas les différences de valeurs, indépendantes du travail.

 

Au grand dam des puristes et des connaisseurs en théorie économiques, nous passerons David Ricardoet irons directement aux marginalistes, qui constituent la rupture par rapport à la tradition héritée d'Adam Smith. Le marginalisme est découvert de manière indépendante par trois auteurs. William Stanley Jevons, en 1871, dans The theory of political economy. Léon Walras, dans Eléments d'économie politique pure, en 1874. Et Carl Menger, dans Principes d'économie politiqueen 1871.

 

Les marginalistes élaborent une nouvelle théorie de la valeur. Ce n'est plus la valeur travail. Pour Jevons et Walras, c'est la valeur utilité, pour Menger, la valeur subjective. Ces deux notions sont finalement très proches, même si, nous le verrons, elles n'ont pas conduit aux mêmes développements. Pour les marginalistes, rien n'a de valeur intrinsèque, ou valeur incorporée, aucun produit, aucun service. Il n'y a pas de valeur travail incorporée à un produit ou un service. La valeur est différente selon chacun. Chacun donne une valeur à un produit, ou un service. Pour Jevons et Walras, c'est en fonction de l'utilité. Une notion subjective selon chaque individu. Menger parle directement de subjectivité. Ce qu'on appellera le subjectivisme. C'est chaque individu qui détermine la valeur d'un produit ou d'un service. Celui-ci s'échangeant en fonction de l'offre et de la demande. C'est le principal point de la révolution marginaliste.

 

Cette révolution est qualifiée de marginaliste en raison de sa théorie de la fixation des prix. Selon ces auteurs, et bien qu'ils l'expriment de manières différentes, c'est l'utilité marginale qui fixe la valeur d'un produit ou d'un service. Par exemple, dans le désert, l'eau est rare. Donc, chaque unité d'eau est utilisée pour des besoins vitaux. Le prix de l'eau est donc très élevé. Par contre, dans un endroit où l'eau est abondante, les besoins vitaux seront servis en premier, puis des besoins moins importants, comme le nettoyage du lieu de vie, et ensuite des besoins sans grande importance, comme remplir le pistolet à eau du petit dernier. Le prix de l'eau correspondra à cette dernière utilité. Ce qu'on appelle l'utilité marginale, car c'est l'utilité de la dernière unité d'eau utilisée dans l'ordre d'importance (besoins vitaux, nettoyage, pistolet à eau). D'où le nom de marginalisme.

 

Le marginalisme marque également une rupture, et une division, dans la manière d'appréhender l'économie. Jusqu'alors, dans la lignée d'Adam Smith, l'économie était une science morale, qui suivait un raisonnement littéraire. William Jevons et Léon Walras la font entrer dans l'ère mathématique. Pour eux, l'économie traite de quantités : production, travail, offre, demande. Ce sont des chiffres. Donc, des mathématiques. Ils raisonnent en terme d'équilibre des données. Walras a ainsi créé le modèle d'équilibre général. L'adoption des mathématiques doit faire de l'économie une science dure, à l'égale de la physique.

 

A contrario, Carl Menger reste littéraire. Il est considéré comme le fondateur de ce qui sera appelé l'école autrichienne. C'est Ludwig Von Mises qui a développé les concepts de cette école. A travers le subjectivisme. Adam Smith a constaté que les nations se développaient mieux quand on laissait les gens suivre leurs intérêt. Ensuite, les marginalistes ont constaté que la valeur était subjective. L'école autrichienne en tire les conséquences. Elle considère que les individus sont libres de leurs objectifs. Selon Mises, l'économie s'inscrit dans le cadre de l'agir humain. Chacun agit en poursuivant ses propres buts. L'économie ne consiste pas à traiter des objectifs. Mais des règles d'organisation de la société qui permettent à chacun de suivre ses objectifs sans nuire à autrui. La méthode d'étude est dite axiomatico-déductive. On déduit des raisonnements à partir d'axiome. Par exemple, l'être humain agit. C'est un axiome.

 

L'opposition entre les autrichiens et les autres marginalistes, qui constituent l'école néoclassique, est souvent résumé au refus des mathématiques par les premiers. Mais ce refus des mathématiques n'est qu'une conséquence de la différence d'approche de l'économie. Les néoclassiques raisonnent en termes d'équilibre générale de quantités : quantité de travail, de produits, de consommation, etc. Les autrichiens raisonnent en termes de comportements humains : l'agir.

 

L'approche néoclassique a continué d'évoluer. Il y a eu la révolution keynésienne. John Maynard Keynes raisonnait lui aussi en termes d'équilibre général. Donc, en termes quantitatifs, comme les néoclassiques. Selon lui, l'équilibre, situation stable et durable de l'économie, pouvait être un équilibre de sous emploi. Selon Keynes, pour atteindre le plein emploi, il faut soutenir la demande. Quand la demande est soutenue, les producteurs investissent. Ils embauchent, et versent des salaires. Ce qui, à nouveau, soutient la demande. C'est le multiplicateur keynésien. (Sur la critique de l'argumentation keynésienne, voir l'article Keynésianisme et libéralisme, comparaison).

 

On remarque que Keynes s'inscrit dans le cadre de l'équilibre général, en faisant intervenir l'Etat cette fois-ci. L'équilibre de plein emploi ne pouvant être atteint sans soutient de la demande par l'Etat.

 

Les concepts keynésiens sont très vite mathématisés. Avec les néoclassiques, c'était la microéconomie qui était à l'honneur. Avec Keynes, c'est la macroéconomie, dans le sens où la mathématisation raisonne en termes d'agrégats : offre globale, demande globale, dépense publique, etc. La macroéconomie keynésienne étudie ce qui se passe si on augmente la dépense publique, par exemple. Elle a besoin pour cela de fondements microéconomiques. Par exemple, l'étude du salarié quand son revenu augmente : dans quelle mesure il dépense ou épargne le supplément de revenu.

 

Cette mathématisation du keynésianisme a été nommée la synthèse, car elle reprend les concepts keynésiens et la mathématisation néoclassique. Elle inaugure la nouvelle méthodologie de l'économie. Cette méthodologie se veut scientifique : on émet des hypothèses, qui sont ensuite vérifiées empiriquement, à partir d'études économétriques. Ou, on tire des hypothèse directement de l'observation statistique. Plus rien à voir avec Adam Smith, ni même les néoclassiques, qui se basaient sur la mathématisation de raisonnements littéraires. L'économétrie n'étant pas si développée à l'époque. William Stanley Jevons faisait par exemple explicitement référence à l'économiste français Jean-Baptiste Say.

 

Cette méthode empirique mène à des résultats opposés selon les écoles de pensées. Les keynésiens démontrent l'utilité indispensable du soutien à la demande. Leurs opposants, comme par exemple Milton Friedman, que l'intervention de l'état est inefficace. Ludwig Von Mises, de l'école autrichienne, qui elle n'adhère pas à cette méthodologie empirique, écrivait, en substance, que l'on pouvait toujours trouver une justification statistique à tout.

 

Nous avons donc une école dominante, qui est empirique. Elle valide ses hypothèses par des études économétriques. Cela concerne la macroéconomie, qui étudie les grands agrégats, comme la dépense publique, l'inflation, etc. Et la microéconomie, qui concerne aujourd'hui le comportement des acteurs de l'économie, comme les consommateurs, les entreprises (sur la signification du terme microéconomie, cf l'article Microéconomie et macroéconomie) Cette méthode empirique, basée sur des études économétriques, est utilisée par un large spectre d'économistes, des plus interventionnistes aux contempteurs de l'interventionnisme, qui, avec les mêmes méthodes, démontrent et démontent leurs théories.

 

A l'écart, se tient l'école autrichienne, qui est, il faut le reconnaître, marginale, qui est restée fidèle à une démonstration plus littéraire, et non mathématique. Elle n'étudie pas des quantités, mais l'agir humain.

 

C'est ainsi que l'on peut avoir tout et son contraire en économie. Par exemple, la théorie de l'asymétrie d'information, soutenue notamment par Joseph Stiglitz. Celle-ci met en cause le fonctionnement des marchés. Ceux-ci ne peuvent fonctionner que dans des conditions d'information parfaite. Or, l'information n'est pas parfaite, dans le sens où tous les acteurs ne disposent pas de la même information. Le vendeur d'une voiture d'occasion connaît ainsi mieux son état que l'acheteur. Le marché ne peut donc pas fonctionner correctement. Ce qui donc remet en cause l'efficacité des marchés.

 

Mais, faut-il l'intervention de l'etat ? Milton Friedman soutient, méthode empirique à l'appui, que le marché peut se tromper, mais l'Etat encore plus. De son côté, l'école autrichienne a toujours rejeté l'équilibre général, et a toujours raisonné en termes d'information imparfaite des acteurs. Ludwig Von Mises a ainsi démontré que l'Etat ne pouvait pas gérer l'économie, et que le communisme ne pouvait pas fonctionner, car il ne pouvait jamais disposer de toute l'information nécessaire. Et cela bien avant Stiglitz. Friedrich August Hayek, toujours de l'école autrichienne, a présenté une théorie d'élaboration des règles de conduite, qui tient compte de l'information imparfaite. Les règles adoptées sont celles qui se révèlent efficaces pour tout le monde à l'usage. Ce qui permet de compenser l'information imparfaite.

 

On peut ajouter l'école du choix public, que j'ai toujours du mal à situer, qui démontre que les politiciens suivent leur propre intérêt. Une régulation qui viendrait d'eux ne serait donc pas dans l'intérêt général.

 

L'économie n'est donc pas une science. Il n'y a pas de méthodologie reconnue qui mène au même résultat pour tout le monde. Il y a toujours un débat épistémologique sur ce qu'est l'économie. Au final, elle est une boîte à outil, dans laquelle puisent les politiciens pour justifier leurs programmes et leurs actes. Mais il s'agit là d'une autre histoire. Car il y a la théorie économique, et la politique économique, qui sera abordée dans un autre article.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Lio 23/05/2013 11:30


Voir aussi le commentaire de "gnarf" sur Contrepoints http://www.contrepoints.org/2013/05/23/125192-leconomie-quest-ce-que-cest#comment-432591

Lio 19/05/2013 16:15


« Est-ce que certains prétendus économistes sont scientifiques, en fait, ce pourrait être la question, tant ils manquent de rigueur. »


C’est comme dans tout et partout, il y a des gens rigoureux et d’autres non. Pas propre à l’Economie.


« Quand on nous présente un beau modèle mathématique, sans s'apercevoir que tout repose en fait sur les hypothèses de départ. »


La faute à qui ? A l’auteur ou au lecteur ? Je ne crois pas qu’il y ait beaucoup d’économistes qui ne pensent pas que leur modèle ne repose pas sur leurs hypothèses de départ. Tout
raisonnement commence avec, et repose sur, des axiomes.


« Le problème, c'est aussi, et toujours, la définition de ce qu'est une science... ».


Il me semble que votre désenchantement vient du fait que vous pensez qu’une science doit nécessairement produire des résultats tangibles et toujours conformes à la réalité. Moi, je pense que les
économistes (au sens large) produisent aussi des résultats qui permettent d’améliorer la compréhension et la gestion de certains problèmes dans une certaine mesure. Est-ce que la Physique
explique et prévoit tout ? Non. Pourquoi exiger de l’Economie qu’elle soit capable de le faire pour être qualifiée de science ? La différence fondamentale entre sciences humaines et sciences
exactes, c’est que dans les premières les systèmes évoluent avec les hommes et donc évoluent beaucoup plus vite : une vérité, un résultat, à un moment donné n’est pas forcément valable très
longtemps. Mais même en physique, tous les résultats ne sont pas forcément fiables éternellement. Par exemple, on sait calculer l’orbite de la lune autour de la terre sur plusieurs années avec un
bon niveau de précision mais si on augmente sensiblement le nombre d’années de prévision, la fiabilité du résultat diminue. Et il y a encore beaucoup d’incertitudes et de phénomènes inexpliqués.
En sciences humaines, il y a beaucoup plus d’aléas et d’incertitude et les systèmes évoluent rapidement nécessitant une remise à niveau fréquente des modèles sensés les décrire. Je pense que
l’Economie est aujourd’hui, par certains aspects, comparable à la Météorologie. Est-ce que la Météorologie n’est pas une science ? Rapidement, trois autres difficultés en Economie,
entre autres, qui confine au scepticisme : 1/ les économistes « d’Etat » (carriéristes) brouillent le message des économistes sérieux ou « désintéressés » 2/ les modèles
standards sont déterministes linéaires donnant l’impression qu’il y a une relation causale unique, directe et certaine 3/ les modèles standards portent sur des agrégats.

Lio 16/05/2013 00:57


"L'économie n'est donc pas une science. Il n'y a pas de méthodologie reconnue qui mène au même résultat pour tout le
monde."


 


Je ne crois pas qu'on puisse dire qu'un domaine d'études soit une science seulement à partir du moment où il y a
consensus au niveau des résultats et uniformité au niveau de la méthodologie. Il me semble que le caractère scientifique ou non d'une étude ou d'une analyse repose sur la démarche utilisée. Dans
toutes les sciences, on commence par émettre des hypothèses et puis on pousse le raisonnement jusqu'à obtenir des résultats remarquables que l'on tente de vérifier par l'expérimentation. Il me
semble qu'en sciences économiques, beaucoup de chercheurs ont la même démarche. Le problème c'est que l'économie touche aux conditions de vie des êtres humains, à l'organisation des sociétés.
C'est donc un sujet politique sensible. C'est aussi un sujet complexe et mouvant en raison de son caractère humain (l'humain n'est pas une particule!). Toutefois, ce n'est pas parce qu'il n'y a
pas consensus sur tout en économie ou que les méthodes diffèrent d'un courant de pensée à l'autre que, pour autant, certains résultats obtenus n'ont pas de caractère scientifique. Il y a tout de
même certaines vérités en Economie, établies ou qui restent à établir n'en déplaisent à certains qui les contestent pour des raisons politiques. D'autre part, l'étude de l'Economie sous un angle
scientifique est relativement récente par rapport à d'autres domaines comme la Physique par exemple. Il reste bien des progrés à accomplir.

Vladimir Vodarevski 18/05/2013 09:10



Je suis excessif, c'est sûr. Et quelque peu désabusé sans doute. Est-ce que certains prétendus économistes sont scientifiques, en fait, ce pourrait être la question, tant ils manquent de rigueur.
Quand on nous présente un beau modèle mathématique, sans s'apercevoir que tout repose en fait sur les hypothèses de départ.


Le problème, c'est aussi, et toujours, la définition de ce qu'est une science. Considérer l'économie comme une science introduit peut-être un biais dans l'analyse. Le mot science évoque la
physique, la chimie. C'est une connaissance qui permet l'ingéniérie. Elle permet à un ingénieur d'envoyer des fusées dans l'espace, à un chimiste de fabriquer de la colle. Alors l'économiste
croit devoir chercher un système mathématique de cause à effet. Et ne s'interroge pas suffisamment sur l'objet de la recherche.



Michel Martin 15/05/2013 12:00


Peut-être un complément avec les régulationistes qui proposent des outils qui
collent assez bien aux réalités.


L'économie est indissociable de la philosophie qui est, pour l'essentiel, l'art des choix (la liberté et ses limites, la combinaison des libertés, domaine essentiel de la philo qui se nomme
politique ou l'art des choix collectifs). L'existence de la philo elle-même étant intimement liée à nos marges de manoeuvre permises par notre génétique, cad nos capacités cognitives.

I-Cube 13/05/2013 09:24


Très bien !


 


On attend de lire l'article suivant, alorss...