Analyse Libérale

Faut-il que la BCE devienne comme la Fed?

29 Décembre 2010 , Rédigé par Vladimir Vodarevski

 

      Un article des Echos rapporte que des économistes de la BCE ont étudié les déclarations des responsables gouvernementaux sur la Banque Centrale Européenne, et qu'il en ressort que les gouvernements souhaiteraient une BCE à l'image de la Fed, la banque centrale américaine, c'est-à-dire qu'elle ait pour mandat de soutenir la croissance.

 

      Cependant, heureusement que la BCE n'a pas un tel mandat: c'est ce qui a provoqué la crise financière!

 

      C'est en effet pour soutenir la croissance que la Fed a soutenu l'envolée du crédit, d'abord immobilier, puis du crédit à la consommation. Alors qu'elle pouvait tuer dans l'oeuf cette mauvaise tendance.

 

      Elle se conformait à la politique du gouvernement américain, qui souhaitait également soutenir la consommation, et qui a assoupli les conditions de rachat des crédits hypothécaires aux banques par les agences Fanny Mae et Freddi Mac.

 

      Mais les gouvernements préfèrent souvent les politiques de court terme, et la BCE est un bouc émissaire bien commode.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

BA 03/01/2011 11:43



Concernant les Etats européens :

Le Portugal est en faillite.

L’Irlande est en faillite.

L’Italie est en faillite.

La Grèce est en faillite.

L’Espagne est en faillite.

La Chine prête à aider l’Espagne à s’extraire de la crise économique.

Les discussions de M. Li avec le Premier ministre José Luis Rodriguez Zapatero et le ministre des Finances Elena Salgado vont « jouer un rôle-clé » dans la stabilisation financière, a assuré
l’ambassadeur de Chine en Espagne, Zhu Bangzao, cité par l’agence Chine nouvelle.

Les entretiens devraient porter sur l’expansion des relations économiques et commerciales bilatérales et permettre de « restaurer la confiance des marchés », a dit M. Zhu, sans fournir de
précision.

L’économie espagnole, la 5e de l’Union européenne, est tombée dans la récession au second semestre 2008, au moment de la crise financière internationale, et peine à redémarrer.

Récemment, la Chine, devenue la 2e économie mondiale et assise sur le plus gros matelas de réserves au monde, s’est dite prête à aider les économies européennes les plus exposées à une crise de
la dette, après le sauvetage international de la Grèce puis de l’Irlande.

Fin décembre, se disant « très inquiète » de la capacité des Européens à venir à bout de la crise des dettes souveraines, la Chine a annoncé être prête à « investir ses réserves de change » dans
l’Union européenne.

La Chine s’est engagée à souscrire des obligations d’Etat de la Grèce et du Portugal, mais sans préciser la taille de ses investissements.

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=58e03f6feb9aa37be5fc95e7b68fb0b8




La Chine évitera-t-elle à ces Etats européens le défaut de paiement ?

Ou alors est-il déjà trop tard ?

Vous le saurez dans le prochain épisode.

(Quel suspens ! Mais quel suspens !)



BA 02/01/2011 23:26



La BCE va-t-elle réussir à empêcher l'éclatement de la zone euro ?


 


 


Lisez cet article :


 


 


Dette publique : la Grèce négocie un délai.


 


La Grèce négocie avec des banques commerciales l'allongement du délai de remboursement de sa
dette, après avoir conclu un accord semblable avec le Fonds monétaire international (FMI) et l'Union européenne (UE), rapporte vendredi 31 décembre un hebdomadaire athénien.


 


Les craintes d'une restructuration de la dette grecque après l'arrivée à
terme en 2013 d'une aide d'urgence de 110 milliards d'euros maintiennent les spreads grecs à un niveau élevé. Le gouvernement grec a assuré à plusieurs reprises ne pas envisager une telle
opération, mais sans pour autant parvenir à convaincre le marché obligataire.

Plus de 70 % de la dette grecque est détenue par des investisseurs étrangers. Selon Realnews, qui ne cite pas de sources, l'ancien vice-président de la Banque centrale européenne (BCE) Lucas
Papademos, qui conseille actuellement le Premier ministre George Papandréou, est en discussion avec les banques et les fonds qui détiennent de la dette grecque.

Le journal rapporte que la restructuration envisagée impliquerait un allongement du délai de remboursement compris entre 10 et 30 ans, notamment pour les papiers dont l'échéance était fixée entre
2013 et 2015.


 


 


http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2010/12/31/97002-20101231FILWWW00516-dette-la-grece-negocie-un-delai.php


 


 


En clair : la Grèce ne peut pas rembourser ses emprunts.


 


La Grèce sera le premier Etat européen à se déclarer en défaut de paiement en
2011.


 


Après la Grèce, d'autres Etats européens se déclareront en défaut de paiement en 2011.


 


Bonne année.



Vladimir Vodarevski 03/01/2011 11:03



Bonjour,


il est logique qu'un Etat en difficultés financières restructure sa dette. C'est le souhait de l'Allemagne d'ailleurs de permettre cette procédure au sein de l'euro. C'est aussi une manière de
responsabiliser les prêteurs, pour qu'ils ne croient pas que l'euro est une garantie de remboursement, quel que soit le risque.


La possibilité de restructurer les dettes d'un pays de l'eurozone est la prochaine étape de la construction de la zone euro.



I-Cube 30/12/2010 09:28



Encore une "pensée unique", une lubbie du Cartel des banques... privées !


Ils y arriveront tôt ou tard : C'est une question de soumission et de pouvoir.