Analyse Libérale

Commentaires sur l'emploi et la population active en 2009

11 Août 2010 , Rédigé par Vladimir Vodarevski Publié dans #Crise et Relance

 

       Le ministère du travail a publié l'étude sur l'emploi, le chômage, et la population active en 2009. La presse a titré sur un retour à l'après guerre en terme d'emploi. Il s'agirait de la plus forte contraction depuis cette période.

 

      En fait, c'est la plus forte diminution du nombre d'emploi depuis l'origine des séries longues de statistiques en matière d'emploi, c'est-à-dire 1954. Mais, en pourcentage de l'emploi total, la baisse est de 1%, alors qu'elle était de 1,1% en 1992. Nous sommes en fait revenu au niveau de la mi-2006 en nombre d'emplois.

 

      Cette diminution de l'emploi n'en rappelle pas moins que c'est la croissance de l'activité qui permet de résorber le chômage, et, accessoirement, de financer notre système social. Il faudrait donc une véritable politique en faveur de la croissance de l'activité, ce que n'a pas fait la France.

 

      En effet, la stratégie de la France a surtout été le contrôle de la population active. Par la réduction du temps de travail, par les pré-retraites, par la possibilité accordé à ceux qui ont commencé à travailler jeunes de partir en retraite plus tôt. C'est le ralentissement de l'augmentation de la population active qui explique la baisse du chômage en France ces dernières années. Une baisse dues à des raisons essentiellement démographique. Mais aussi aux politiques de baisse de la population active.

 

      Or, ces politique ont atteint leurs limites.

 

      En effet, une des raisons de la montée du chômage en 2009, outre les destructions d'emplois, est l'augmentation dans des proportions inattendues de la population active. celle-ci s'est accrue d'environ 200 000 personnes. Cette augmentation provient en partie des réformes concernant la retraite. Le taux d'activité des plus âgés augmente.

 

      On pourrait penser qu'il faudrait suspendre les réformes des retraites. Mais se pose le problème du financement de celles-ci. Les chiffres nous ramènent une fois de plus à la dure réalité: c'est l'activité qui finance les retraites. Et, finalement, un chômeur coûte moins qu'un retraité, ses droits ayant une fin. (Cependant, avec le nombre grandissant de retraités ayant eu des carrière alternant activité est chômage, et ne pouvant bénéficier que du minimum vieillesse, ce raisonnement pourrait s'inverser).

 

      On peut tourner le problème dans tous les sens, il faudrait une vraie politique de croissance, sachant que la relance par la dépense publique a échoué.

 

      La population active a augmenté car le taux d'activité féminine augmente. C'est une tendance de fond, depuis plusieurs années. Son interprétation n'est pas si évidente qu'on pourrait le croire. En effet, la crise actuelle a provoqué de nombreuses destructions d'emplois industriels, occupés par des hommes. Ces pertes d'emplois peuvent rendre nécessaire l'activité féminine au sein du couple. J'avais lu un jour un article sur les USA, qui indiquait que le revenu moyen par foyer augmentait, mais que le revenu des hommes baissait, tandis que celui des femmes augmentait. C'était donc l'activité féminine qui permettait de maintenir le pouvoir d'achat. Je ne connais pas d'étude semblable pour la France.

 

      L'augmentation de la population de la population active est en partie due à la fin des dispenses de recherches d'emploi pour les plus de 55 ans. Ce qui montre combien les chiffres du chômage peuvent être interprétés. En l'occurrence, les chiffres du chômage pourraient être diminués si, simplement, on dispensait certaine population de recherche d'emploi.

 

      Cela se fait à l'étranger. En Angleterre, au Pays-bas, le nombre de personnes en incapacité permet de réduire le taux de chômage. Même si les choses changent, car le système est coûteux.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

mamalilou 15/08/2010 16:37


oui je confirme, il faut bien travailler pour vivre... lol et même quand on est chômeur donc... un travail à plein temps...:o)

sérieusement, je plussoie sur ton analyse de la situation quant à la paresse actuelle à traiter ce sujet, oui c'est touffu, oui c'est un peu complexe, oui ça prend du temps, mais quand le fera-t-on
vraiment au lieu de nous asséner des pseudos informations de soi-disant tendances de baisse ou de reprise... en matière d'emploi..?!
et qui s'y colle?!
l'insee j'ai eu à y faire de nombreuses recherches... c'est souvent fastidieux il est vrai... mais ce travail de recoupements divers c'est un vrai métier... je ne comprends pas les intérêts à
masquer les causes du problème... le risque à prendre est celui de dire que nous ne prenons pas le problème du bon côté... tout le monde le sait mais personne n'ose mener le combat, sans doute dans
cette crainte de l'image de gauchiste ou d'illuminé étiquetée à chaque tentative...

allons parlons-en, puisque pour la plupart nous ne verserons pas dans l'étude approfondie des chiffres, la belle excuse, on ne remettra rien en question en profondeur...
ce qui m'agace un peu, je dois te l'avouer c'est que dans ce combat de chiffres, à chaque fois que m.lambda avance des chiffres de terrain, et des assertions, tu/on lui dit que c'est
compliqué...que "oui, mais..."... et d'avancer sur le terrain de ceux qui savent et de ce qui peuvent dire que, des organismes untel et untel...
mais à chaque fois que ces organismes untel et untel, par ce qu'en reprennent les journalistes par dessus la jambe... avancent des chiffres, personnes ne les contredit... pourquoi? alors que tout
le monde sait que le travail n'est pas correct et qu'il faut recouper des chiffres et qu'on ne peut en tout état de cause en faire d'analyse à l'emporte pièce, et surtout pas à dessein...!?


tant que tous les économistes seront formés sur la base de l'indiscutable définition capitaliste comme s'il s'agissait d'une définition incontournable, on n'y arrivera pas...
c'est fait pour; éduquer les économistes à protéger ce mensonge mathématique et surtout ce mensonge sectaire!
alors que nous sommes les marionnettes au service non d'une solution capitaliste ou d'une définition capitaliste mais d'une hypothèse
hypothèse menant à ce constatable raisonnement par l'absurde dont on cherche à nous masquer la conclusion...
ou pis, à nous rendre responsables... mais responsables de quoi? de ne pas se battre pour faire taire ceux qui mentent? de ne pas trouver la solution à la place de ceux "qui savent"? de ne pas se
taire pour pas gâcher le plaisir de ceux qui s'en sortent? (attention, ça va faire baisser la consommation tous ces cris d'alarme!!!)


ben non, alors commençons par la quête de sens.

le capitalisme fut une hypothèse, une utopie
son application progressive en contexte de population moindre (et loin de son seuil limite d'exploitation des ressources et de capacité d'accueil de la planète) a pu s'avérer acceptable (du moins
sans trop se soucier des externalités négatives)
et, de toutes évidences le progrès technique, si positif soit-il souvent, n'exclut pas le constat de son échec à long terme et dans le cadre de l'expansion démographique

je vais faire à la louche, mais puisque l'économie d'aujourd'hui dépend de la croissance, et que la croissance dépend à la fois de la durée de vie du consommateur, de ses moyens d'y accéder (à la
consommation) et de la création de nouveaux besoins (donc de nouveaux moyens) et de l'augmentation des consommateurs (qui ont une durée de vie de consommateurs/travailleurs) limitée...
euh... je veux dire c'est pas compliqué à comprendre tout de même qu'il s'agit d'une équation insoluble appliquée à une planète restreinte en ressources et en capacité d'accueil des
consommateurs?
ou bien? tu as trouvé la solution de cette équation à plusieurs entrées? et les moyens de la mettre en oeuvre?
non, alors humblement... changeons...
car, on a vu que les limites catastrophiques du leurre de la production de l'argent non pas par le travail humain ou celui des machines ni même par la planche à billets mais par les "écritures
bancaires" que sont les crédits...


bon, alors je veux bien qu'on continue à ergoter sur les chiffres du chômage, mais qu'au nom de l'invalidation des données par les uns et par les autres, on noie le poisson, on s'oublie en chemin,
non.
ce n'est pas le chômage qu'il faut résoudre mais le système qui l'induit et même, qui s'appuie dessus, ne nous le cachons pas... puisque plus il augmente, moins les salariés sont gourmands, ... ce
qui arrange le profit et les remboursements d'emprunts... emprunts qui ne sont jamais finis puisque régulièrement on réinvestit de l'argent non produit par le travail, de l'argent qui n'existe
qu'en "crédit bancaire"...

oui je fais à la serpe, c'est presque vulgaire à ce point... et comme tout ce qui est raccourci et partiel ça s'éloigne de la "vérité ponctuelle des puristes", ça écorche le méticuleux... mais tout
de même, Vlad, s'il n'est pas un peu plus d'économistes de talent comme toi (non, je n'abuse pas, man! bon disons d'économistes "responsables et qui ont la foi en la recherche fondamentale") pour
se colleter ce travail, voire pour s'impliquer en politique... ça restera au stade de petite voix qu'on ne veut pas entendre...
or, les utopies d'hier ayant souvent été les progrès d'aujourd'hui...il me semble qu'il faut donner sa chance au produit
que risque-t-on de perdre? c'est si bien, c'est une réussite collective le capitalisme? vraiment? on est tous en train de paniquer quant à la dette colossale planétaire, la baisse des ressources
non renouvelables, l'augmentation de la population, du chômage, de la misère, etc... on voit tous les soucis matériels et géopolitques d'adaptation aux conséquences du réchauffement planétaire qui
vont se poser (quelles qu'en soient les causes du reste, c'est un constat global avec des conséquences locales très claires)...
mais non bien sûr on va continuer comme ça la tête dans le mur.... même pas peur...

ça me ferait vraiment plaisir qu'on parle davantage des autres hypothèses très touffues et par définition non encore étayées de tous les alinéas que le capitalisme a eu le temps de
construire....
par exemple la bioéconomie, ou l'économie distributive, qu'on diffuse les réflexions du CRREA...

bon dimanche à toi Vlad....
je sais je me répète, mais si on ne change pas le fond, toutes les couleurs et les formes qu'on voudra mettre n'y feront rien, il faut changer de "patron"!!! et pas faire des ourlets...


mamalilou 14/08/2010 20:09


Hye!
lol pas de repos pour les braves!!! naaaaaaaan jrigole...
mais c'est pour les derniers jours... du mois...
oui alors pour le chômdu, en fait, c'est là que ça coince, comment déterminer "çui-ci est en recherche"?!!!
il faut envoyer où les accusés de réception des demandes d'emploi en recommandé!!!!!?
ben oui, t'es marrant, quel organisme comptabilise les demandeurs d'emploi qu'en ont marre d'être pris pour des boeufs à se lever à potron minet pour que dalle au pôle emploi... la plupart des
chercheurs non indemnisés ne se déplacent plus pour des annonces déjà périmées, des files d'attente qui servent qu'à s'entendre dire qu'ils ne rentrent pas dans les cases...!!!
si t'es trop pointu, tu attends l'improbable, si t'es trop flou, personne te cible... c'est un peu couillon...
donc, c'est des chercheurs de boulot à plein temps qui se suent des rencards à coups de coups de fils de contacts en site et de présentations spontanées ici et là... et parfois, comme ça sort des
"réseaux" on leur propose du black! et voilà où on en est
alors je veux bien courir après les stats hein... mais tu vois, ici on a choisi de se compter et de se soutenir dans les démarches, de se refiler les filons quand on "n'a pas le profil"... de venir
à plusieurs aux rencards obtenus par l'un ou l'autre...pour faire tri sur pattes (c'est laid mais parfois ça marche!)etc...
mais je te promets que tous les chercheurs d'emploi bossent à plein temps, même s'ils n'ont plus la bêtise grégaire de se pointer au pôle "jte ploie" pour nada... une fois qu'ils ne t'indemnisent
plus, tu peux rêver tu sais...
donc on en revient au point de départ, les chiffres du chômage "officiel" c'est du pipeau, quand lambda sort de la "recherche active dûment constatée par pointage là où ça sert à rien et qui te
coûte en déplacements inutiles les ronds que t'as pas", lambda n'est plus compté...
ah si je t'assure... faut arrêter de se raconter des histoires... c'est comme ça que ça se passe... ou bien je sais pas moi ya un micro climat dans les cités? ah oui, tiens, c'est surtout là qu'il
est le chômage... ça doit avoir un rapport non?
hem bon je me calme...
mais tu commences à avoir l'habitude, je malmène un peu avec les mots mais je suis un sucre...
et dsl pour le ton de la fin de comm précédent, d'une présomption sans fond (de l'inconvénient de ne pas pouvoir se relire chez toi avec la modération -légitime et utile du reste sur ton blog)
du coup je dois revenir plus tard constater les fautes et les excès (oui.. très rares les excès hein!!!)

ah oui et pour les stats en allemagne, mon joker est en vadrouille alors j'attendrais avant de pouvoir te filer un coup de main!!

belle soirée du samedi, man


Vladimir Vodarevski 14/08/2010 22:14



Il faut distinguer les chiffres de Pôle Emploi, les chômeurs incrits, et ceux du taux de chômage de l'insee, basés sur des enquêtes. L'Insee distingue même le "halo du chômage", c'est-à-dire ceux
qui ne sont pas comptabilisés dans les statistiques mais qui cherchent quand même un emploi. Je pense que ces stats ne sont pas trop mauvaises. Evidemment, il faut s'y plonger pour les
comprendre. Il y a des gens payés pour ça, mais qui ne le font pas. J'aimerais bien fournir toutes les analyses, mais il faut bien que je travaille pour vivre. C'est ça le problème: les chiffres
sont disponibles, mais compliqués à rassembler et à analyser. Les journalistes ne faisant, souvent, que répéter les communiqués officiels.



mamalilou 13/08/2010 00:01


et ben, on leur fait dire ce qu'on veut aux chiffres...
moi, je vois autour de moi, un calcul fait sur les trois immeubles soit un total de 420 foyers ayant accepté de participer, + répertoriés les familles et amis de chacun de ceux qui ont bien voulu
participer à notre micro enquête élargie de quartier...
soir au total 1520 foyers supposés actifs répertoriés pour l'étude très localisée (je vais faire court)
nous arrivons à une augmentation du chômage de 19% sur ces deux dernières années (à74% des femmes)
une augmentation du temps partiel de 23%
(à 86% des femmes)
et 47 fins de droits sur les chômeurs indemnisés et donc sortis du calcul officiel...
enfin, en deux ans, seules 4 personnes ont trouvé ou retrouvé un emploi fixe... toutes ayant moins de 30ans et bac + 2 maximum.

juste pour indication, ce n'est pas forcément représentatif hein...


après:

- "il faudrait 'donc'... la croissance"
°_°...faux!
ceci est dans l'hypothèse du maintien du capitalisme, et dans cette hypothèse seulement!

vu par le bout de la lorgnette et en remontant en arrière on en fera rien de bon... surtout pas en tenant pour acquis et indiscutable (irréversible) ce qui est en définitive la cause du
problème
c'est pas ""il y a du chômage donc, donc donc, donc il faut la croissace..."
c'est
"il y a le capitalisme donc donc donc il y a du chomage..."

"donc" posons d'autres hypothèses, d'autres postulats de départ
réfléchissons dans l'autre sens.
merci de l'envisager de temps en temps...
sinon c'est très étriqué et on re-sert ici en blogosphère les mêmes poncifs récurrents qu'on nous sert dans les hautes sphères télévisuelles à longueurs de campagne, et qui ne servent à rien
si la solution avait été trouvée ça se serait su... jusqu'à présent personne n'a été satisfait... "donc" changeons de formule...ça suffit... non?
et ce n'est pas parce que les quelques tentatives de faire autrement ont échoué lamentablement qu'il faut baisser les bras et conserver ce qui échoue lamentablement aussi de toute évidence... et
n'est en tous cas pas vecteur de paix, pas même de paix sociale...

- la suite:
"donc c'est la croissance de l'activité qui permet de résorber le chômage" (lol lapalisse aurait pas dit mieux Vlad, rires...) oui bon, mais qui l'offre l'activité? qui dépense? et avec quoi?
encore un coup à prendre des crédits pour financer des dépenses qui crééent du travail
mais du coup ce sont les banques qui émettent encore et encore de l'argent inexistant qu'il faudra rembourser

et les états perdent leur souveraineté dans l'émission de la monnaie... je te laisse en tirer toutes les conclusions et les paramètres que ça induit...


- ensuite:
"les politiques de contrôle de la population ont atteint leur limite",
certes, mais ce n'est pas une raison pour reculer, tout au contraire, c'est vraiment pas le moment!!!
c'est quand même pas difficile à comprendre ça, non?
ça ne suffit pas, donc on complète, et pas on fout tout en l'air et on se met en situation encore plus périlleuse c'est jeter le bébé avec l'eau du bain ça!!!


- d'accord avec ton succinct rapport contextualisé sur la retraite


- pi..."la politique de relance par la dette", c'est malin, elle a échoué mais on se la fade ad vitam la boulette maintenant, ça met en péril tous les autres choix possibles à venir
la solution c'est quoi? virer les roms, les étrangers, les émigrés deuxième génération, redonner l'indépendance à toutes les îles, refourguer la savoie, l'alsace et la lorraine et on envoie les
plus Anciens à Saint Hélène en exil!!! °_°
c'est sûr comme ça on diminue la population active!!!!
n'importe quoi...(note j'ai lu un truc qui s'en rapprochait sur un forum, jte jure ça fait peur...)


- bon après pour la population féminine active, je te raconte pas... ce que j'en déduis de notre enquête de quartier,... sans compter qu'entre temps on grossit les chiffres je reviendrai te donner
ici le complément et l'évolution fin décembre si tu veux...
mais je n'analyse pas les choses ainsi, il faut dire aussi que ces "ménages" sont monoparentaux surtout... les femmes seules sont acculées à prendre n'importe quel job au détriment souvent de leur
CV voire de leur santé, voire de l'éducation des enfants, aux antipodes de leur formation...
sans compter tous les nouveaux métiers autour du sexe qui -si je peux me le permettre- sont en plein essor... et c'est pas forcément du goût de tout le monde en terme non de consommateur (mdr) mais
de moralité concernant les phénomènes de sociétés, l'éducation, la composition des foyers... ça n'arrange pas le contexte...
j'ose encore dire que c'est le chat qui se mord la queue (bon fermons la parenthèse)


- oui il est vrai que les dispenses de recherche d'emploi sont une solution, mais là encore je m'insurge, ta vérité n'est pas complète, et à dessein, je le vois bien, une partie de la vérité n'est
pas la vérité
tu oublies de mettre en regard avec l'absence de comptage de ceux qui sont dispensés de recherche parce que non indemnisés, ils sont où ceux-là?
44 des fameux 47 comptés/1520 dans notre mini étude...c'est pas rien!!
mais tu connais tous ces "autres" chiffres avancés par les associations je suppose...dont j'imagine pourquoi tu ne tiens pas compte ici...

pas facile de faire ces choix d'analyse...
mais si tu le fais, juste pour voir... tu comprends tout de suite pourquoi c'est d'abord le capitalisme au sens profondément littéral du terme qu'il faut remettre en cause comme fondement de
l'économie contemporaine et à venir... ça n'est plus adapté pour 7 milliards d'individus émancipés et profondément non belliqueux... c'est contre nature... l'évolution humaine ne peut tolérer ce
maintien dans la lutte de territoire et de biens...
si tu ne veux pas être à la traîne dans les analyses, je crois qu'il va falloir tenir compte rapidement de ce qui pour l'instant gagnerait au moins à être considéré comme une "éventualité"... a
minima...


avec le plaisir de retrouver ici la suite de notre mini débat sur caplibre... :o))

belle soirée à toi, pragmamalilutopiquement vôtre....:o)


Vladimir Vodarevski 13/08/2010 00:20



Hello!


Pas de vacances pour toi Mamalilou?


Nous commençons à nous connaître, donc pas la peine d'piloguer.


Juste un détail: le coptage des chômeurs ne dépend pas du fait qu'ils soient indemnisés ou non. Il faut être sans emploi et en rechercher un.


Intéressant cette hausse du temps partiel dans ton entourage. Malheureusement, en ce moment, j'ai un peu la flemme: je fatigue à force de rechercher des statistiques. J'aimerais avoir des stats
sur l'Allemagne par exemple.


Bonne nuit!