Analyse Libérale

Remarque sur l'Etat libéral

17 Mai 2015 , Rédigé par Vladimir Vodarevski

L'entrepreneur Pierre Chappaz a commenté le livre de Gaspard Koenig, Le Révolutionnaire, l'Expert et le Geek. D'après ce commentaire, Gaspard Koenig semble considérer un Etat puissant comme indispensable pour protéger la liberté, un Etat allant jusqu'à interdire l'éducation privée. Pierre Chappaz écrit :

Le philosophe réclame l’interdiction de l’enseignement privé. Pour lui, la mission première de l’État est de libérer l’individu en l’arrachant à son milieu d’origine, sa famille ou sa religion. Ainsi il propose « une réforme (de l’enseignement) brutale, (qui) entraînera des résistances, que l’État jacobin devra briser sans état d’âme ».

Je n'ai pas lu le livre de Gaspard Koenig, qui est, je le reconnais, un fin lettré. Cette réaction est basée donc sur le compte rendu de Pierre Chappaz. Il s'agit ici de faire une remarque, une simple remarque et non une réflexion, sur le rôle de l'Etat dans la pensée libérale.

Ludwig von Mises décrit l'Etat comme un organe de coercition. Et comme le seul à pouvoir avoir ce pouvoir de coercition. Il faut bien se souvenir que la coercition est antinomique au libéralisme : nul n'a le droit de contraindre autrui. C'est le principe de non agression du libéralisme. Mais, pour la plupart des libéraux, il faut un organisme pour faire respecter ce principe. Et c'est l'Etat. C'est à la fois le rôle de l'Etat, et la source de sa légitimité.

Cette conception de l'Etat se rapproche donc de celle de Gaspard Koenig, selon le commentaire de Pierre Chappaz. L'Etat est nécessaire pour garantir la liberté à chaque individu. Tous les courants libéraux sont d'accord sur cette base, à l'exception des anarcho-capitalistes, qui ont une vision que je qualifierais, et je précise bien que le terme est de mon fait, de puriste. Puisque le principe premier du libéralisme est la liberté, et sa conséquence première le principe de non agression, alors nul ne peut se voir accorder un pouvoir de coercition. L'Etat est donc inutile. Soulignons qu'une société sans Etat n'est pas une société sans règles. Les règles découlent du principe de liberté, et don de la non agression, et sont reconnues par la population.

Cependant, l'Etat n'est pas tout puissant, et n'a certainement pas un rôle éducatif, par exemple. C'est ainsi que le rôle d'une constitution, originellement, c'est de limiter le pouvoir de l'Etat. C'est avant tout la lutte contre le pouvoir absolutiste. John Locke s'opposait à l'absolutisme. Benjamin Constant soulignait la différence entre la liberté des modernes et celle des anciens, ainsi que le rôle d'une constitution pour protéger le peuple contre l'Etat dans ses Principes de politique. Locke, comme l'indique Corentin de Salle dans le tome 1 de La tradition de la Liberté, soulignait que le peuple peut toujours se délier des autorités qu'il a mises sur pied, y compris le pouvoir suprême. Enfin, Friedrich August Hayek a dénoncé dans La route de la servitude le processus qui même à une dictature, et a tenté de définir une constitution respectueuse de le liberté dans Droit, Législation et Liberté.

L'Etat est en quelque sorte un mal nécessaire, dont il faut limiter le pouvoir pour ne pas tomber dans la dictature d'une faction, ou des hommes de pouvoir tout simplement. La constitution doit être conçue pour éviter cela. On remarquera qu'il ne s'agit pas d'une question de décentralisation, comme le considèrent de nombreux libéraux. Le libéralisme consiste à laisser ce qu'on appelle aujourd'hui la société civile s'organiser comme bon lui semble pour la majeure partie des nécessités collectives. Ce n'est pas à une constitution de décider si les décisions se prennent au niveau communal ou régional, et le centre de décision peut changer selon les desiderata des populations. Il n'y a pas de dogme. Mais, à tout niveau, le pouvoir politique est limité, pour ne pas entraver la liberté.

En conclusion, dans la pensée libérale, l'Etat est la plupart du temps considéré comme le garant de la liberté. Mais c'est aussi un organisme qui doit lui aussi être régulé, pour éviter le totalitarisme. D'où l'idée d'une constitution, qui limite le pouvoir de l'Etat. Le meilleur exemple étant la Constitution des Etats Unis d'Amérique, accompagnée de la Déclaration des Droits, qui institue un équilibre de contre pouvoirs, censés (et seulement censés), limiter le pouvoir de l'Etat. Le libéralisme est réaliste. Les individus sont faillibles. Un Etat tout puissant, et donc des politiciens tout puissants, est source de danger.

Lire la suite