Analyse Libérale

La réélection de Corbyn à la tête du Labour

25 Septembre 2016 , Rédigé par Vladimir Vodarevski

Jeremy Corbyn a été réélu cette semaine à la tête du Labour au Royaume-Uni, avec 61,8 % des suffrages. Une élection annoncée qui prolonge la crise au sein du Labour. Suivant l’actualité britannique sur le site BBC News, voici une petite synthèse de cette crise du Labour, selon les informations et analyses de ce site.

Jeremy Corbyn a été l’objet d’une motion de défiance de la part des parlementaires du Labour, ce qui a entraîné ce nouvel appel aux électeurs. Il est reproché à Corbyn d’être trop extrémiste, trop à gauche, ce qui pénaliserait les chances du Labour à des élections générales. Le scrutin aux élections parlementaires au Royaume-Uni est uninominal à un tour. Ce qui oblige à rassembler dès le premier et unique tour. Ce dont ne serait pas capable Corbyn, étant trop à gauche, trop clivant comme on dit aujourd’hui.

Ce qui a déclenché cette nouvelle élection à la tête du Labour, c’est la victoire du Brexit. Cette victoire, alors que le Labour était contre le Brexit, est vue comme l’incapacité de Corbyn de faire gagner des élections au parti. Mais, surtout, c’est son faible soutien au Remain qui est reproché au leader travailliste. Compte tenu que les électeurs conservateurs étaient divisés sur la question du Brexit, il est considéré que le manque d’enthousiasme de Corbyn en faveur du maintien dans l’Union Européenne a entraîné des électeurs travaillistes à voter pour le Brexit, et fait gagner ce dernier.

Enfin, il y a la question de l’antisémitisme. Certains membres du Labour ont tenu des propos jugés antisémites. Ce qui a fait dire qu’il y a un problème d’antisémitisme au sein du Labour. Et certains au sein du parti considèrent que Corbyn n’a pas été assez ferme ni suffisamment réactif face à cette situation.

Dans cette élection à la tête du Labour, le mode de scrutin est aussi contesté. Les parlementaires ont essayé d’empêcher les nouveaux supporters de voter. En fait, l’élection est ouverte aux militants du Labour, dûment encartés, et à des supporters, qui versent 3 livres sterling pour être enregistrés. Le Labour a connu une hausse considérable de ces supporters. Ce système est accusé de favoriser les extrémistes, capables de se mobiliser et de s’enregistrer pour faire gagner leur poulain, sans que cela reflète le souhait de l’électorat potentiel du parti. Une action en vue d’empêcher les plus récents supporters de voter a été invalidée.

Cependant, ce virage à gauche du Labour était-il évitable ? Le syndicat Unite soutient Corbyn. Le précédent leader du Labour, Ed Miliband, représentait déjà l’aile gauchiste. Après l’épisode Tony Blair, le Labour est peut-être en train de retomber dans le gauchisme qui lui a valu une traversée du désert du temps de Margaret Thatcher et John Major. Et c’est ce que craignent les parlementaires travaillistes.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

I-Cube 26/09/2016 12:05

Là encore, une "manip" électorale ?

On va le voir avec nos primaires de "droâte"...
A suivre.

Bien à toi !

I-Cube